Bien-être sexuel

Comprendre les Restrictions de Facebook sur le Contenu de Bien-être Sexuel

C'est probablement un euphémisme de dire que Facebook est constamment mêlé à des controverses. Ces dernières années, Facebook (et d'autres plateformes de médias sociaux) ont fait l'objet de nombreuses critiques concernant leurs politiques publicitaires et les restrictions sur les contenus de bien-être sexuel, en particulier les contenus de bien-être sexuel destinés aux femmes.

Ces dernières années, de plus en plus de marques axées sur l'éducation sexuelle et le bien-être sexuel des femmes ont vu leurs publicités interdites, tandis que des publicités beaucoup plus explicites, centrées sur les hommes, se sont vues accorder la liberté d'action. Les marques qui font la promotion de produits de bien-être pour les femmes ont dû gérer une censure délicate : elles informent les clients sur leurs produits par des insinuations de plus en plus vagues tout en essayant d'éviter la censure. Dans la plupart des cas, cela ne suffit toujours pas.

Bien entendu, la mise en œuvre de ces politiques et restrictions n'est jamais cohérente, principalement parce que les politiques sont formulées de manière suffisamment vague pour que le poids final de l'interprétation retombe sur un groupe varié d'individus. Même si la publicité numérique est censée être équitable et transactionnelle, les nouveaux modèles publicitaires des médias sociaux ont montré qu'ils sont accablés par des préjugés sexistes qui impactent notre société.

Que disent les politiques publicitaires de Facebook ?

"Les publicités ne doivent pas promouvoir la vente ou l'utilisation de produits ou services pour adultes, sauf si elles font la promotion du planning familial et de la contraception. Les publicités pour les contraceptifs doivent mettre l'accent sur les caractéristiques contraceptives du produit et non sur le plaisir sexuel ou l'amélioration des performances sexuelles, et doivent s'adresser aux personnes âgées de 18 ans ou plus".

C'est une citation directe des politiques publicitaires de Facebook. Cette politique comporte trois points principaux :

  • Les publicités pour des produits et services destinés aux adultes ne sont autorisées qu'à des fins de planification familiale et de contraception.
  • Les publicités pour des produits et services destinés aux adultes ne sont PAS autorisées à des fins d'amélioration ou de plaisir sexuel.
  • Toutes les publicités pour des produits et services destinés aux adultes doivent s'adresser à des personnes âgées de plus de 18 ans.

Il est clair que Facebook n'intègre pas directement de préjugés sexistes dans ses politiques. Ce serait trop simple. Cependant, Facebook n'a pas clairement défini ce qu'il entend par "plaisir sexuel ou amélioration de la sexualité". A première vue, vous pourrez peut-être penser que c'est suffisamment clair, mais en pratique c'est loin d'être le cas.

Facebook censure fréquemment le contenu qui inclut le terme anatomique "vagin" ou même des affections associées aux organes génitaux féminins, telles que "ménopause." Facebook censure également les contenus et les images qui présentent des corps féminins sous un angle médical ou anatomique. En ne définissant pas ce que "plaisir sexuel ou amélioration sexuelle" signifie, Facebook laisse essentiellement la tâche de l'interprétation aux personnes chargées de signaler et de bloquer le contenu.

La question est n'est donc pas de savoir si Facebook est juste ou impartiale. La vraie question est de savoir sila mise en œuvre des politiques de Facebook est biaisée - les produits de bien-être féminin sont-ils plus souvent pénalisés et censurés que ceux qui visent les hommes ? En outre, on peut également se demander pourquoi les produits de bien-être sexuel sont interdits ou censurés.

Facebook a un sombre passé de partialité dans la mise en œuvre de sa politique publicitaire.

Une recherche rapide sur Google révèle que plusieurs marques axées sur le bien-être sexuel féminin, et seulement sur le bien-être féminin en général, ont vu leur contenu censuré par Facebook. Estrella Jaramillo, une avocate réputée de la santé des femmes, a soulevé un bon point sur Forbes: "En ce qui concerne le corps féminin, il semble y avoir une confusion dans la définition de ce qui constitue la santé sexuelle par opposition au plaisir."

C'est là le cœur des préjugés découlant des vagues directives de Facebook concernant le contenu sur le bien-être sexuel. Les marques de bien-être sexuel sont constamment signalées et retirées de Facebook. Mais les médicaments contre les troubles de l'érection sont laissés au libre arbitre, sans aucune limitation. Comme ces deux produits sont orientés vers l'épanouissement sexuel, on peut se demander pourquoi l'un est autorisé alors que l'autre ne l'est pas.

Bien sûr, certains peuvent soutenir que les médicaments contre les troubles de l'érection sont un problème de santé général plutôt qu'un problème de bien-être sexuel. Nous sommes d'accord. Mais alors pourquoi Facebook bloque-t-il également les publicités pour les traitements contre la sécheresse vaginale destinés aux femmes en phase de ménopause. N'est-ce pas considéré comme une préoccupation générale de santé et de bien-être ? Facebook suggère-t-il que les traitements contre la sécheresse vaginale favorisent le "plaisir sexuel" ? C'est possible, mais là encore, les médicaments contre les difficultés érectiles sont destinés au plaisir sexuel ? - pourquoi ne sont-ils pas censuré aussi ?

Nous devons souligner que cet article ne suggère en aucun cas que les publicités pour les troubles de l'érection doivent être bloquées. Il s'agit d'un problème de santé qui doit être traité comme tel. Mais les traitements contre la sécheresse vaginale et les sex toys féminins en général devraient être aussi autorisés.

Les préjugés ne se limitent pas aux produits de bien-être sexuel. Ils sont bien ancrés dans la manière dont Facebook et ses politiques formulées de manière vague créent un environnement dans lequel la sexualité féminine n'est autorisée que lorsqu'elle est exprimée par le regard masculin et non de manière indépendante.

Considérez ceci. Playboy est autorisé à présenter régulièrement des femmes à divers stades de déshabillage, principalement à un public masculin. Pendant ce temps, The Scar Project - un projet mettant en avant des femmes ayant subi une mastectomie due à un cancer du sein - était régulièrement censuré par Facebook jusqu'à ce qu'une pétition gagne plus de 21 000 signatures.

Quelle est la solution ?

Nous n'avons certainement pas toutes les solutions. Mais il est important de prendre conscience des préjugés sexistes qui existent sur Facebook et les nommer lorsqu'ils menent à des décisions problématiques. Il est important de mettre à jour ces politiques pour qu'elles soient plus précises, en éliminant la possibilité de censure basée sur une interprétation injuste. Les personnes chargées de signaler un contenu sur Facebook doivent également être sensibilisées à la sexualité féminine afin d'éviter que leurs préjugés inhérents ne se glissent dans leurs décisions.

Pour citer Melissa Maldonado-Salcedo, Professeur d'études sur le genre et la sexualité à l'université de New York"Les règlements doivent être appliqués de manière cohérente. Les restrictions doivent avoir un sens et ne pas favoriser un sexe et le plaisir de l'un par rapport à l'autre. Nous devons parvenir à une distinction claire entre 'obscénité' et 'soins personnels'. Actuellement, cela n'existe pas pour les femmes".

Toutefois, il s'agit de solutions à long terme. En attendant, les marques de bien-être sexuel féminin doivent se débrouiller dans cet environnement trouble, en utilisant des moyens toujours plus créatifs de promouvoir leurs produits sans déclencher la censure. Certains passent la censure par l'humour, d'autres jouent l'angle médical, d'autres encore participent à des pétitions et espèrent gagner suffisamment de soutien pour que leurs publicités échappent à la censure.

En attendant, comme les marques de bien-être sexuel féminin doivent effectuer des acrobaties complexes pour éviter la censure, les produits de bien-être sexuel masculin peuvent passer sans problème.

A propos de l'auteur
Ellie Cooper
Ellie est une écrivaine indépendante et une passionnée de Plaisir avec un grand P. Elle est très à l'aise à parler de vagins, escalader des montagnes et manger des aliments épicés, mais pas avec le stationnement parallèle. Elle vit avec un chat très grassouillet nommé Charles qui aime s'impliquer dans le processus d'écriture en dormant sur son clavier.
Lecture complémentaire
Prochain article
Comprendre les Restrictions de Youtube sur le Contenu de Bien-être Sexuel
Articles à lire absolument